?

Log in

No account? Create an account

Previous 10

Mar. 27th, 2015

Cachtorr

This is the end...

Et ceci sera mon dernier post sur ce blog.
Je vous invite à me retrouver sur mon nouveau blog, moins fouillis, où on parlera surtout de Dungeonslayers.

Merci à Livejournal pour son hébergement, et à vous de m'avoir suivi !

Mar. 26th, 2015

Cachtorr

Les réflexions d'un elfe perché

Luielas le rôdeur, assis sur une branche, méditait en silence.
Il en était encore à se demander ce qui l'avait amené là. Au début, ça avait semblé être une bonne idée et partir à l'aventure avait un côté exaltant.

Du moins, c'est le coeur léger qu'il avait quitté l'ombre des arbres de la Forêt Dynarienne, avec son ami guérisseur, pour découvrir le monde. Tout avait commencé, comme d'habitude, dans une auberge, et comme semble le vouloir la coutume, avec des rats, et des nains. Dans d'étroits souterrains où seule la vermine semblait y voir et respirer sans encombre, il avait fallu ramper, courir, tenter de trouver des fenêtres de tir pour décocher quelques flèches (pas assez à son goût), voire même ramasser une épée et jouer au bretteur pendant que le guérisseur essayait d'endiguer l'hémorragie.

Sans parler de ce combat contre ce golem d'argile à l'effigie du dieu des rats où ils avaient tous failli perdre la vie.

Heureusement que tout ça s'était bien terminé, ils avaient pu se débarrasser des nains, en particulier de ce nabot dérangé qui collectionnait les queues de rats et qui avait une dérangeante lueur dans le regard quand il mutilait ses proies. On aurait dit de la gourmandise... Par Dayna, quel soulagement, une fois leur maigre récompense empochée, d'avoir laissé là ces marmites ambulantes et d'être allés voir plus loin !

Plus loin, ce fut Westing. On ne va pas très loin avec une trentaine de pièces d'argent, surtout quand on est un elfe avec un minimum d'hygiène et qu'on entend bien se baigner dans de l'eau chaude pour se délasser d'un éreintant voyage à pied. Non pas que les auberges humaines soient dépourvues de tout confort. Pour être tout à fait honnête, il est possible de s'y faire si on n'est pas trop regardant sur la propreté. Non, le problème, c'est le tarif. Et puis la régularité. On trouve une bonne auberge, on y revient 20 ans plus tard à peine, tout a changé...

C'est à Westing qu'ils ont fait la connaissance de leur nouvel ami, un elfe sylvain comme eux, et qu'ils sont tombés sur cet avis prommettant une forte somme en or pour l'élimination d'un bandit du nom de Belgor, et de ses comparses qui écumaient la région (surtout les caves et les marchands de vin, semblait-il). De l'or ! Cela faisait quelques bons bains en perspective. Seulement, fallait-il les trouver, ces bandits.

Et de traverser le marais de Lyrken sur une barque vermoulue achetée à prix d'or à la veuve d'un pêcheur, d'y tomber à l'eau, de se faire assaillir par un animal inconnu...
Le manoir de Lyrkenfenn, autrefois riche à en juger par l'étendue des vergers et le nombre et la taille des bâtiments, était en ruines, et les bandits ne semblaient pas s'y trouver pour le moment. Mais dans les décombres, ils avaient trouvé les restes d'un feu, ainsi que d'autres traces d'occupation humaine. L'endroit semblait donc bien fréquenté, comme le disaient les pêcheurs. C'est ainsi que, pendant que ses amis se dissimulaient dans les ruines, il avait trouvé place en haut d'un arbre et qu'ils attendaient à présent l'apparition d'éventuels bandits.

Le soir tombait sur les ruines du manoir, et cela faisait un moment que la branche noueuse sur laquelle il était assis endolorissait le maigre postérieur de notre elfe, quand soudain, il apperçut un mouvement. D'une trappe dissimulée dans le sol de la vieille tour en ruine, un, puis deux hommes s'extirpaient péniblement, la démarche hésitante et visiblement plus avinés qu'engourdis.

Luielas encocha une flèche, les affaires reprenaient.

Apr. 2nd, 2013

Cachtorr

La complainte du nain

Snorri Snorrson, assis sur les marches, recomptait ses queues de rats.
"Douze, treize, quatorze, à trois pièces d'argent par rat géant, ça nous fait..."
Une profonde ride se creusait sous l'effort intense de réflexion entre les deux sourcils broussailleux du nain. Snorri n'était pas très doué pour le calcul, ni pour tout un tas d'activités où il faut se creuser la cervelle, mais donnez lui une hache ou un marteau, et c'est vous qui aurez des difficultés pour suivre le nombre des ennemis qu'il abat. Dernièrement, surtout du rat géant, mais il y avait eu aussi ce squelette qui lui avait mordu les doigts, et cette maudite araignée qui l'avait englué dans sa toile, ce qui l'avait empêché de lui donner le coup de grâce.
Snorri était malgré tout assez fier de lui. C'est lui qui avait négocié les trois pièces d'argent, arguant du fait que même si le groupe et l'aubergiste étaient tombés d'accord pour une pièce d'argent par rat, il fallait par là entendre de rat normal, et qu'un rat qui fait la taille d'un chien mérite plus pour l'effort fourni à l'occire. Non que Snorri soit particulièrement doué pour la négociation, mais quand on est un modeste, pacifique (et il faut bien l'avouer un peu couard) aubergiste, on est facilement impressionné par un nain mécontent qui agite un marteau de guerre à l'appui de ses dires aussi facilement que s'il s'était agi d'une plume.
En plus, en rendant les queues, il pouvait conserver le reste des rats, on pouvait facilement manger à trois sur une de ces bestioles, son instinct lui disait qu'il y en avait pour quarante-deux portions exactement, il n'allait pas laisser gâcher toute cette viande.
"Bon, quatorze fois trois, alors..."
"Quarante-deux" ; lui souffla obligeamment un de ses compagnons en robe, occupé à examiner les bas-reliefs obscènes et blasphématoires qui ornaient les murs de l'escalier menant au temple dont ils venaient de liquider les occupants rongeurs.
"Oui, je sais bien que ça fait quarante-deux, guérisseur. Je ne suis pas stupide !"
"Certes, certes, messire nain." Le guérisseur se dit qu'il serait plus prudent d'aller examiner les bas reliefs plus loin, et laissa le nain à ses cogitations.
"Quarante-deux. C'est bien ça. Bon, maintenant, à partager en trois parts égales, ça nous fait..."
Oh, il les aurait bien méritées, ces pièces. Qu'est-ce qui lui avait pris de s'acoquiner avec ces deux elfes inexpérimentés ? Des elfes ! Deux ! Était-il donc maudit ? Ah, ça ils en avaient dans le ciboulot. Mais pas grand chose d'utile, finalement. Quand on est dans un souterrain à ramper dans des tunnels et à combattre du rat, du squelette et même pire, il ne faut pas se poser de question métaphysique.
Bon, le guérisseur, ça allait. Snorri devait bien reconnaître qu'il avait su se rendre utile, pour ne pas dire indispensable. Mais l'autre là, à courir partout et à lancer ses flèches sur tout ce qui bouge, il se demandait comment il était encore en vie. Grâce au guérisseur, sans doute ? Snorri jeta un regard dédaigneux à l'éclaireur qui s'était avancé dans le temple. Devant la statue monstrueuse d'un grand rat vaguement humanoïde, un autel impie luisait d'une aura verdâtre maladive, malsaine et écœurante. L'elfe se saisit d'une flèche dans son carquois et l'encocha distraitement.
"Oh, lui je sens qu'il va encore nous en faire une." grogna Snorri dans sa barbe.
L'elfe décocha sa flèche sur l'autel, pour voir. Sage précaution, de son point de vue. Il valait mieux tester ce que ça faisait avant d'aller y toucher, n'est-ce pas ?
Le trait ricocha sur la pierre de l'autel avant d'aller se perdre dans le fond de la salle. Une voix puissante résonna alors dans le temple : "Vous avez profané l'autel sacré du dieu rat ! Soyez détruits, impies !".
Alors que l'éclaireur opérait une prudente retraite, la statue se mit à se mouvoir et avança vers l'entrée du temple d'une démarche lourde et menaçante. Snorri soupira un bon coup, brossa machinalement quelques morceaux de toile d'araignée qui étaient encore pris dans sa barbe, et se releva en saisissant le manche de son marteau de guerre.
"J'aurais dû parier."

Mar. 22nd, 2013

Cachtorr

Dungeonslayers : du nouveau !

Je réagis un peu tard, mais je voudrais saluer le travail accompli par MadMalik et Archelaian, qui ont traduit et adapté la version 4 de Dungeonslayers, disponible maintenant en français sur le site Wordpress dédié, site dont je vous recommande par ailleurs la lecture, puisque vous y trouverez également d'autres ressources en français pour DS.

Cette version 4 reprend les mécanismes simples de la version 3.5, et l'enrichit avec de nouvelles aptitudes, sorts, classes de personnages...

On aurait pu craindre que le passage d'un fascicule de 8 pages à un pavé de 150 pages fasse perdre à DS ce qui faisait son intérêt principal : un système de règles simplissime, allant à l'essentiel sans se prendre la tête. Mais malgré tout, il n'en est rien.
Plus qu'une évolution majeure, les informations supplémentaires apportent des précisions bienvenues au système de règles, des options supplémentaires pour développer les personnages, mais la simplicité et la jouabilité demeurent.

A noter que par rapport à la version allemande ou anglaise, la VF est expurgée de toute référence au monde de campagne par défaut (le monde de Caera), le soin étant laissé aux MJs de développer leur propre monde. Les MJs férus de créativité apprécieront, les autres peuvent toujours se tourner vers les ressources en ligne qui existent sur ce monde ou en adapter un autre, si ils en éprouvent le besoin. Une des forces de DS est qu'il s’accommode parfaitement de n'importe quel univers médiéval fantastique.

Apr. 23rd, 2011

Cachtorr

Du nouveau !

J'ai découvert il y a déjà quelque temps un jeu de rôle sympathique, simple à jouer, idéal pour passer quelques moments avec des amis autour d'une table à lancer des dés sans se prendre la tête avec des règles compliquées.

Ce jeu de rôle c'est Dungeonslayers.

Ce produit qui nous vient d'outre-Rhin est publié sous licence Creative Commons. Il est assez simple de se procurer le livret d'une dizaine de pages de la version 3.5, qui est traduite en français. Pour ceux qui ont du mal avec l'allemand, la plupart des nombreux suppléments est traduite en anglais, et il existe une volonté affirmée de traduire ces documents en français : il y a un wiki, et plus récemment des documents en cours de traduction sont apparus sur le forum anglophone.

Christian Kennig, le créateur du jeu, a voulu faire un produit simple, pour retrouver l'ambiance des soirées d'antan. A mon avis, l'objectif est atteint. Le jeu se prête remarquablement à du donjon PMT. Il a publié récemment la version 4 en allemand uniquement, qui conserve le système actuel, plus ou moins quelques modifications mineures issues du playtesting d'une communauté de joueurs grandissante. La V4 apporte plus de richesse au jeu avec de nouvelles classes, de nouveaux talents, plus d'options d'équipements, mais aussi propose un vaste monde à découvrir.

MJ - "Vous arrivez devant une porte."
joueur 1 - "Je la défonce."
MJ - "Tu ne veux pas regarder si elle est ouverte avant ?"
joueur 1 - "Je la défonce."

Jun. 14th, 2010

Cachtorr

Warmaster point d'étape

Bon, mon armée des rois des tombes avance.



Je suis bien motivé, puisque samedi nous avons officiellement doublé le nombre de joueurs de Warmaster, Yohann et Béber nous ayant rejoints. Pendant que Bertrand affrontait Béber qui sortait ses sacs à main nouvellement acquis lors d'un voyage à Lille, je rencontrais Yohann qui alignait une armée de... socles, mais de socles skavens.

La chance des débutants a joué à fond, nos deux archi-débutants ont gagné. Ou peut-être sommes-nous de très bons professeurs. Ou alors sommes-nous mauvais stratèges.

Pour ma part c'est à peu près certain, voilà deux fois que je perds après avoir exposé mon général dans une unité. Une unité de cavalerie squelette en plus, dont on connaît le côté "mou" et peu solide. On ne m'y reprendra plus. Ceci dit, la partie était pliée, j'avais un peu sous-estimé la puissance d'impact de ses prêtres de la peste...

Bertrand, quand à lui, semble avoir été surpris par la force d'impact d'une unité de saurus. Il est vrai que quand on est habitué à manier du squelette et du zombie, on peut facilement passer à côté du danger que représente une unité d'infanterie.

En tout cas, Yohann est très motivé pour se lancer dans l'achat et le peinture de skavens. Son choix semble se porter sur les hommes-rats de Kallistra, dont il apprécie le côté "guerre en bicorne".

Plus d'infos prochainement, avec des photos, j'espère.

Jun. 11th, 2010

Cachtorr

Sur de nouvelles bases...

Tel Nagash, je voulais faire de Nehekara un désert de cendres. Enfin, plus exactement, je voulais représenter mon armée de rois des tombes comme issue d'un tel pays, et j'avais donc décidé que les socles de mes unités seraient d'un gris morne couleur cendre.
Bon, alors certes, l'effet morne était bien rendu mais plus je regardais mon héros, plus je me disais que le gris donnait un insupportable air de 'pas fini' à ma figurine.

Mon idée a donc été de lui donner de la couleur. Pour représenter le côté inhospitalier de leur contrée d'origine, j'ai donc tenté de représenter un des sols les plus ingrats qui soient : la latérite nue.

Voici mon premier essai, une reprise de mon premier héros...

C'est déjà beaucoup plus coloré. Ça fait toutefois un peu rose, mais tant pis, c'est tout de même mieux que gris. Le flash était un peu près, aussi.

Parallèlement, me peinture progresse, et un deuxième rang de guerriers est venu compléter le premier que j'ai peint. Me voici avec potentiellement un socle complet, sauf que je n'ai pas encore reçu mes socles Kallistra...



Même commentaire au sujet du flash que pour la photo précédente...

Jun. 9th, 2010

Cachtorr

Warmaster

Voilà des années que j'ai chez moi une armée de morts-vivants (Rois des Tombes) pour Warmaster, et jusqu'à une date récente, je n'en faisais rien, faute essentiellement de partenaires. Notre club pratique surtout Warhammer, et c'est déjà bien assez pour occuper un hobbyiste, avec la participation à quelques tournois locaux, et la participation à l'organisation d'un tournoi annuel.

Pourtant, à la vue de l'arrivée d'une énième version du jeu (V8), une certaine lassitude me prend. Les mercenaires, armée que j'affectionne, abandonnés par l'éditeur à la V6 et souffrant d'une infériorité chronique face aux armées remises à jour, sont en passe de devenir injouables, pour autant qu'on les accepte en tournoi, et je ne parlerai même pas de mes arabiens.
Heureusement je possède quelques nains, et surtout on m'a fait don d'une armée entière de rois des tombes, sur lesquels je compte pour me constituer une armée susceptible de tenir sa place sur une table de jeu.

Dernièrement, m'est venue l'idée saugrenue de comparer ces derniers à leurs homologues pour Warmaster. A cette occasion, je me suis rendu compte que le jeu était toujours vivant, que la règle était en téléchargement libre sur le site de l'éditeur, et que la constitution d'une armée était bien meilleur marché, d'autant qu'il existe des fabricants de figurines encore bien moins chers que Games Workshop à cette échelle.

Or donc, j'ai fait un peu de publicité auprès de mes partenaires habituels, et certains ont été séduits par le principe ! Il n'en fallait pas plus pour me décider à sortir mes mini-squelettes de leur carton, et nous avons déjà livré nos premières batailles à ce format.

Parallèlement, me voici motivé pour peindre du squelette, en 10mm mais aussi en 28mm !
En témoignent ce début de peinture d'une unité de guerriers squelettes :

...et mon premier héros terminé :


Plus de photos bientôt !

Apr. 6th, 2010

Cachtorr

Maîtres Guerriers - second crash test

Alors ce qui changeait cette fois c'était le système de résolution alternatif des combats. Nous avons en effet testé la version élaborée par Fabien. Mes Arkaniens ont affronté à nouveau des morts-vivants, mais c'étaient ceux de Bertrand.

De premier abord, ce système semble au moins aussi complexe que la première version testée, avec en outre une difficulté supplémentaire : les renseignements portés sur les fiches ne correspondent pas au système de règle testé, ce qui obligeait à refaire de savants calculs à chaque phase de tir ou de combat.

La résolution est basée sur deux tests effectués par chaque unité ou sous-unité concernée par le combat (j'y reviendrai) : un test d'attaque, un test de parade. On retrouve un système de base issu du jeu de rôle, l'unité dans son ensemble étant l'entité dont on teste l'attaque ou la défense par un jet de dé. Gros point positif, l'effet de tout-ou-rien est évité dès lors que plusieurs figurines participent au combat. En effet, à moins d'un échec total représenté par un double as (score de 2 sur 2d10) on considère que quelques unes au moins ont réussi soit leur attaque soit leur défense. De la même manière, à moins d'obtenir une réussite totale, quelques unes vont se rater, sachant qu'en fonction de la difficulté il peut être impossible d'obtenir une réussite totale (obtenir 26 avec 2d10).
L'attaquant effectue un jet d'attaque, basé sur 2d10 plus ou moins divers modificateurs, en fonction de l'expertise de son unité, de celle qu'il attaque, de son armement, et d'autres facteurs tactiques divers. En fonction de ce jet et du nombre de figurines attaquantes, un certain nombre de figurines adverses sont touchées (on se reporte à un tableau)
Le défenseur va ensuite effectuer un jet de défense pour voir combien de ces figurines il va sauver. Là aussi, c'est le même système, 2d10 plus ou moins l'expertise, la force de l'attaque, l'équipement défensif, etc... En fonction de la difficulté, il peut être impossible de sauver tout le monde (réussite totale) et on se reporte au même tableau.

Dit comme ça, ça a l'air complexe. Mais avec les bons chiffres portés sur les fiches, c'est plus fluide, et mine de rien il y a moins d'étapes que dans un système basé sur une action de chaque figurine, un dé pour toucher, un dé pour blesser, un dé pour sauvegarder... Vous voyez sans doute de qui je veux parler ?
En théorie, et dans la pratique aussi avec un peu de travail en amont pour avoir des fiches exploitables, on gagne donc du temps. On en gagne un peu moins dès lors qu'on a des unités mixtes (mêlant des troupes avec des profils différents) ou des personnages, puisque pour chaque sous-groupe au sein de l'unité on doit faire un jet d'attaque et éventuellement un jet de sauvegarde, mais ça reste raisonnable.

Cependant, la question est : est-ce que ce système de règle est meilleur qu'un autre ?
La rapidité n'est pas le seul critère à considérer. Il faut également tenir compte d'autres facteurs comme la simplicité (pas de calculs, un minimum de reports à des tables), la convivialité (règles clairement explicables, amusantes), et d'autres parfaitement subjectives comme le réalisme (ça peut faire pouffer quand on parle de batailles entre des elfes et des dragons), et l'envie du joueur de s'intéresser au monde du jeu.

Certainement, si ces règles alternatives constituent un progrès par rapport à la mouture initiale, il y a moyen de faire plus simple, plus convivial, et peut être même encore plus rapide et plus "réaliste".

Apr. 1st, 2010

Cachtorr

Maîtres Guerriers - second crash test le 3/04

Un second crash test des Maîtres Guerriers est annoncé samedi 3 avril de 14h00 à 17h00 au Dragon Noir à Privas.

Je vais tâcher de m'y rendre, afin d'y rencontrer Fabien, un des créateurs du système de règles. Fabien n'est pas un inconnu dans la communauté des rôlistes puisqu'il est également créateur du jeu de rôle "Cœur de Dréanne" (également édité par Promachos). C'est également un excellent peintre de figurines, j'ai peur de rougir de honte lorsqu'il verra mes Arkaniens.

Nonobstant, j'attends impatiemment de voir quelles solutions il propose pour améliorer la fluidité du jeu tout en supprimant les effets pervers du "tout ou rien" issu du système basé sur les réussites/échecs des unités...

Previous 10